En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Risques de maladies et d'infections dues aux rongeurs à Valdahon

L'entreprise 3DTech située à Valdahon dans le Doubs vous met en garde contre les risques de maladies et d'infections dues aux rongeurs.

Introduction :

Zoonoses, définition : maladies et infections qui se transmettent naturellement des animaux à l'Homme. Transmission par contact direct avec les animaux (simple ou avec passage par une blessure) ou indirect d'urine ou des fèces.

Trois types d'organismes :
  • Parasites : arthropodes, vers, protozoaires
  • Virus : Hantavirus, virus de la rage, etc.
  • Bactéries : de la leptospirose ou de la peste

Zoonoses parasitaires :
  • Acariens (Liponyssus bacoti) : présence possible dans les nids et les cages d'élevage des rats. Peut se transmettre à l'Homme, surtout dans le cas d'élevage. L'acarien peut être porteur du typhus et d'autres maladies.
  • Gale : bien que relativement rare chez les rats, la gale peut être attrapée au contact de ceux-ci ou par l'intermédiaire d'objets contaminés.
  • Insectes
  • Puces du rat
  • Deux cestodes : « Puce de nid » (ne reste pas dans le pelage du rat et n'a pas de « peigne » sur la tête), qui infeste sans difficulté l’Homme. Cette puce est vectrice du bacille de la peste et de vers parasites (voir ci-après).

Zoonose_1.jpeg

Vers parasites :

Deux cestodes : (A) Hymenolepsis sp : parasites de l'intestin des rats ; 1 à 4mm sur 25 à 60mm. Selon l'espèce, infestation de l'Homme par ingestion d'aliments souillés par les déjections de rats ou par piqûre de puce, hôte intermédiaire.
(B) Taenia taeniformis : l'infestation de Taenia teaniformis doit se faire par ingestion des rats porteurs.
Nématodes Oxyures : parasites du tube digestif des rats. Infestation de l'Homme par ingestion d'aliments souillés par les déjections de rats.

Protozoaires :

Deux cestodes : (A) Pneumocystis carinii : parasites des alvéoles pulmonaires. Infestation par aspiration de sécrétions respiratoires. Réel problème en cas de déficience immunitaire.
(B) Cryptosporidium : parasites de la paroi intestinale. Infestation par ingestion d'aliments souillés par les déjections de rats. Problème en cas de déficience immunitaire.
 
Zoonoses virales :

Hantavirus - FHSR : cette maladie est observée chez l'Homme sous deux formes, dont la plus courante est la fièvre hémorragique associée à un syndrome rénal (FHSR), l'autre étant le syndrome pulmonaire à hantavirus (SPH), présent particulièrement en Amérique. La FHSR a été décrite pour la première fois en 1930 en Russie et au Japon, et a fait, durant la Guerre de Corée (1950), 3 000 morts parmi les soldats de l'ONU.
Transmission : le virus, porté par un rongeur en général sain, infecte l'Homme par les poumons, sous forme d'aérosols provenant des déjections/excrétions (fèces, urine, salive). Il peut aussi pénétrer dans le corps par des blessures, par injections ou par contact avec la conjonctive (œil). Sa transmission est également possible par piqûre d'une puce de rongeur, d'où la nécessité de lutter conjointement contre les puces et les rongeurs.
Réservoir : en Eurasie, les rongeurs porteurs du virus appartiennent à plusieurs espèces, dont des rats, des mulots et des campagnols. L'importance de leur population et leur relation plus ou moins directe avec l'Homme déterminent en partie le nombre de cas observés par région. En Chine, 150 000 à 200 000 cas par année ; en Russie et en Corée, plus de 100 000 ; en Finlande, 1 000. De même pour les taux de séropositivité observés dans les populations humaines : 5 à 20 dans certains pays asiatiques, 1 à 2 en France, en Allemagne ainsi qu'en Belgique.
 
Différentes souches plus ou moins virulentes :
Capture 3.jpeg
Souche puumula : le principal agent de la FHSR et le mieux connu est le campagnol roussâtre (accessoirement le mulot à collier). Infection lors d'activités en forêt et en lisière, ainsi que dans des bâtiments proches, momentanément inoccupés. La durée d'incubation est en moyenne de 15 jours.
  • Maladie : syndrome grippal à insuffisance rénale importante, mais évoluant en général vers la guérison. Mortalité faible : 0,1 . Entre 2001 et 2007, 700 cas recensés en France, principalement dans la partie nord-est. Augmentation récente des cas dans le Jura. Fluctuation cyclique de 2 à 3 ans, en rapport avec la démographie du campagnol et avec des pics en juin-juillet. Pas de traitement antiviral existant, mais mise sous contrôle médical et dialyse si nécessaire. Éviter l'inhalation de poussières pouvant être contaminées par le rongeur.
Prévention :
Souche Séoul :
Réservoir : le rat surmulot (et accessoirement le rat noir). Présence mondiale, partout où le surmulot est présent. Observé depuis 2003 en France où la maladie n'est pour l'instant pas très virulente, ce qui n'est pas le cas en Asie. Suite à une étude faite en France, on peut en conclure que l'hantavirus représente un réel risque pour l'Homme en relation avec les rats ; le contrôle des populations de rats est indispensable. La souche en question est indépendante de celle portée par les campagnols roussâtres (Puumula).

Autres virus portés par le rat surmulot :
  • Le virus de la chorioméningite lymphocytaire : transmis principalement par la souris domestique et le hamster doré ; rarement mortel.
  • Le virus de la rage: maladie mortelle affectant tous les mammifères et transmise à l'Homme par morsure ou par la griffure d'un animal enragé (en général un chien ou un autre carnivore).
 
Zoonoses bactériennes :
Leptospira spp :
Leptospirose : maladie due à une bactérie spirochète, décrite depuis la fin du XIXème siècle, mondialement connue. Transmise principalement par les rats, qui sont généralement des porteurs sans symptômes et excrètent la bactérie dans leurs urines. La bactérie a une grande capacité de survie : 3 mois et demi à la surface d'un sol marécageux et peut se répandre avec les eaux polluées. Elle est heureusement sensible aux désinfectants usuels.
Leptospira
Présence : dans les urines des rats et les eaux ainsi polluées, les leptospires pénètrent dans le corps humain :
  • par inhalation,
  • par les muqueuses,
  • par les blessures immergées dans l'eau polluée.
La salive des rats n'est pas contaminante. Une fois entrés dans la circulation sanguine, les leptospires se multiplient dans différents organes : foie, rate, reins, appareil reproducteur, œil et système nerveux central.
Incubation : 3 à 20 jours. Syndrome grippal, forts maux de tête, hépatite, troubles respiratoires, méningites.
Mortalité : 2 à 20.

Prévention :
  • dératisation,
  • vêtements de protection (gants, bottes),
  • éviter le contact des plaies ou muqueuses avec l'eau polluée,
  • vaccination (ne protège que contre une souche).
Traitement : traitement antibiotique possible associé à un traitement des symptômes.

Yersina pestis ou peste :
La peste : bactérie infectant les rats (rat noir, rat surmulot, etc.), transmise par les puces, la Xenopsylla cheopis en particulier.
Trois pandémies connues :
  • la Peste de Justinien, VIème et VIlème siècles,
  • la Peste noire, du XIVème au XVIIIème siècle,
  • la 3ème actuelle, commencée en Chine en 1894 et toujours active.
Les rats sont des porteurs malades ou sains. L'infection par piqûre de puce induit la peste bubonique, mortelle à 100. La peste pulmonaire peut être une conséquence de la précédente ou être due au contact avec un humain déjà atteint, mortelle à 100.
Traitement : possible avec des antibiotiques.
Prévention : lutte contre les rongeurs avec en parallèle l'éradication des puces.
 
Autres bactéries transmises par les rats :
Bien que le réservoir principal soit constitué par les oiseaux, les rats peuvent être aussi porteurs, sans symptôme, de cette bactérie. Transmise via une piqûre de tique, cette bactérie a pour réservoir des rongeurs et d'autres vertébrés. Lorsqu'il est porteur, le rat ne montre pas de symptôme.
Typhus murin : la première maladie est transmise par la puce du rat, la fièvre boutonneuse ; la seconde par la tique du chien. La lutte contre les rongeurs et les rats en particulier est souvent motivée par les dégâts qu'ils provoquent sur les denrées alimentaires et les matériaux.
Le présent survol des zoonoses transmises par les rats montre que celles-ci représentent un danger encore plus important.